Prix Rolex 2016, prix tarifs Breitling, Patek Philippe, Audemars Piguet, montres Richard Mille, Jaeger lecoultre

Prix Rolex 2015, prix tarifs Breitling, montres Richard Mille, Jaeger

Actualité et information sur les montres de luxe, de haute horlogerie et de collection depuis 2004 par Fabrice Gueroux




GÉOGRAPHIE DE LA CONTREFAÇON


.
La globalisation des échanges profite aussi aux contrefacteurs et la réalité montre qu’ils utilisent les canaux officiels pour faire transiter leur marchandise (courrier postal, fret aérien) comme n’importe quel autre produit. Cependant, de façon à éviter les taxes d’importation, le passage de la dernière frontière a fréquemment lieu en contrebande.



GÉOGRAPHIE DE LA CONTREFAÇON

D’autres moyens plus sophistiqués existent aujourd’hui, qui évitent aux passeurs le risque de se faire « pincer » physiquement. Les envois de contrefaçons, comme tous les autres envois, doivent être accompagnés de documents d’exportation officiels. Il suffira alors de s’entendre avec un transitaire peu scrupuleux qui fera une fausse déclaration en douane. Une désignation de marchandise mensongère mais bien choisie peut ainsi éviter d’attirer l’attention du préposé au contrôle (ex.: pièces détachées micromécaniques au lieu de montres). Il faut ajouter cependant que le commerce du faux est à ce point lucratif que les faussaires préfèrent payer les taxes les plus hautes plutôt que d’éveiller l’attention par une déclaration ambigüe.

Il arrive aussi que les envois passent par la douane en paquets séparés afin de tromper la vigilance des fonctionnaires. Ainsi par exemple, les montres dépourvues de cadran sont expédiées dans un colis, les cadrans munis de la marque contrefaite et/ou les logos suivent quelques jours plus tard. On pourrait encore parler de la technique du transit multiple qui consiste à envoyer les pièces par colis séparés en les faisant transiter par des pays différents, des marquages «tribolo» (marquage licite à gratter pour camoufler le marquage illicite) etc., etc.

Là aussi, l’imagination des contrefacteurs trouve un vaste champ d’expression.

La distribution, qui s’opère généralement par l’entremise de grossistes, utilise cinq canaux principaux :

• vendeurs de rue ;

• petits éventaires mobiles installés dans les zones commerciales ou touristiques;

• magasins offrant ouvertement des contrefaçons dans certains pays ou les tenant à disposition des amateurs d’une manière plus discrète dans d’autres pays ;

• vente par correspondance sur la base de petites annonces ou publicités insérées dans les journaux locaux ;

• vente sur internet.

C’est l’essence même de la contrefaçon que de faire passer une copie pour un produit original. Il s’agit donc bien à la base de tromper l’acheteur. Il n’y aurait donc dans l’absolu qu’une confrontation entre un escroc, proposant un produit contrefait, et un honnête citoyen, persuadé d’acquérir un produit original à très bon prix. Il suffirait alors d’appréhender l’escroc pour solutionner le problème.

La réalité est plus complexe. Dans la plupart des cas, le vendeur n’hésite pas à reconnaître qu’il propose des contrefaçons (ce qui par ailleurs ne diminue pas la gravité du délit). Et pourquoi fait-il cela ? Pour répondre à la demande de son client qui n’est pas sans reproche dans cette affaire. Le phénomène de la contrefaçon s’est développé de manière inquiétante ces dernières années tout simplement parce que l’offre n’a fait que suivre une demande en forte croissance. Sans demande, pas ou peu d’offre. Les coupables sont donc plus nombreux qu’on pourrait le croire de prime abord. Voilà qui complique singulièrement l’éradication du phénomène.

La contrefaçon a considérablement évolué sur le plan géographique. Aujourd’hui, grâce à (serait-ce plutôt « à cause de » ?) l’ouverture des frontières, la mobilité accrue des gens, la mondialisation de l’information et des échanges, la contrefaçon sévit dans le «village global». Les produits contrefaits sont disponibles partout dans le monde en quantité, souvent sur un simple clic de souris.



© 2009. Fondation de la Haute Horlogerie. Tous droits réservés.