Prix Rolex 2016, prix tarifs Breitling, Patek Philippe, Audemars Piguet, montres Richard Mille, Jaeger lecoultre

Prix Rolex 2015, prix tarifs Breitling, montres Richard Mille, Jaeger

Actualité et information sur les montres de luxe, de haute horlogerie et de collection depuis 2004 par Fabrice Gueroux




GIRARD-PERREGAUX 1966 CALENDRIER PERPETUEL


En dévoilant un calendrier perpétuel au sein de sa collection Girard-Perregaux 1966, la Manufacture de Haute Horlogerie chaux-de-fonnière rend un vibrant hommage à sa grande tradition avec un classique horloger au style sobre et épuré.




GIRARD-PERREGAUX 1966
GIRARD-PERREGAUX 1966

Baptisée ainsi en référence au Prix du Centenaire de l’Observatoire de Neuchâtel décerné à la Manufacture en 1966 pour ses performances dans le domaine de la chronométrie, la collection Girard-Perregaux 1966 est une synthèse des savoir-faire de la Maison en termes de technique et de style.

Mécanique ultra complexe, le calendrier perpétuel indique la date, le jour et le mois en prenant en considération les mois de longueur différente du calendrier grégorien, y compris durant les années bissextiles. Sa « mémoire mécanique » correspond ainsi à une période de 1461 jours, soit quatre ans. Concentré de technique horlogère, le calibre GP033Q0 à remontage automatique nécessite la combinaison de 288 composants. Sophistication supplémentaire, il est équipé du balancier à inertie variable Microvar exclusif à la Manufacture et s’offre aux regards par le fond transparent de la montre.



GIRARD-PERREGAUX 1966 CALENDRIER PERPETUEL
Ce calibre d’exception a pour écrin un élégant boîtier de 40 millimètres. Symétrie agréable, attention absolue aux détails, le Calendrier perpétuel Girard-Perregaux 1966 répond aux plus grandes exigences en termes de design horloger.  Sur le cadran légèrement bombé, des index bâtons et de fines aiguilles « feuilles » rythment la marche des heures, des minutes et des différentes indications calendaires. Pour souligner le caractère du modèle tout en facilitant sa lisibilité, la date, le jour et le mois sont affichés par de petites aiguilles en acier bleui tandis que les phases de la lune apparaissent dans un guichet à 6 heures.


GIRARD-PERREGAUX 1966 CALENDRIER PERPETUEL

Balancier à inertie variable Girard-Perregaux Microvar

Fruit des recherches de Girard-Perregaux dans le domaine de la chronométrie, le balancier Microvar associe sur sa serge 6 vis réglables et 2 masselottes, utilisées respectivement pour équilibrer le balancier et pour effectuer un réglage fin de la marche du mouvement. Ce développement exclusif confère une précision accrue et une plus grande stabilité de réglage.

Balancier Microvar
Serge en Glucydur
6 vis externes en or pour l’équilibrage du balancier et pour le réglage grossier de la marche
2 masselottes en Glucydur pour le réglage fin de la marche (+/- 40 secondes par jour)
1 excentrique pour le réglage fin du repère



GIRARD-PERREGAUX 1966 CALENDRIER PERPETUEL

Données techniques Girard Perregaux 1966 Calendrier Perpetuel

Boîtier :  Or rose
Diamètre: 40,00 mm

Fonctions: heure, minute, seconde, calendrier perpétuel et indication des phases de lune

Mouvement : Girard-Perregaux GP033Q0 mécanique à remontage automatique
Calibre: 26,20 mm
Fréquence: 28,800 alternances/heure (4 Hz)
Réserve de marche: minimum 46 heures
Rubis: 26
Glace saphir antireflet, fond saphir
Étanchéité: 30 m

Bracelet : alligator, boucle ardillon en or 18 carats
 
Edition limitée et numérotée de 99 pièces en or rose et 99 pièces en or gris.





Girard-Perregaux 1966, une collection hommage



La collection Girard-Perregaux 1966 rend hommage à une période riche en innovations et avancées techniques pour la Marque.

Dans les années 1960, Girard-Perregaux est l’une des rares Manufactures horlogères à disposer de sa propre équipe de Recherche et Développement. Ceci lui permet de présenter en 1965 le premier mouvement Haute Fréquence à 36'000 alternances par heure: le Gyromatic HF. Ses performances en termes de précision sont exceptionnelles. Les premiers exemplaires sont immédiatement soumis au verdict de l’Observatoire cantonal de Neuchâtel, fondé en 1858 pour juger les performances chronométriques des fabricants horlogers. Le résultat est remarquable. Girard-Perregaux obtient des certificats d’Observatoire pour des montres de série, dans des compétitions pour lesquelles seules des montres préparées spécialement passaient alors les tests.

Le Conseil d’Etat du Canton de Neuchâtel décide de récompenser l’ensemble des travaux et des développements de Girard-Perregaux dans le domaine de la mesure du temps en lui attribuant le Prix du centenaire de l’Observatoire en 1966.  En 1967, la Marque obtient 662 certificats, ce qui représente 73% de tous les bulletins délivrés par l’Observatoire de Neuchâtel dans la catégorie montres-bracelets classiques.